Présentation de la safranière

Comme nombre d’épices, on pense la plupart du temps que le safran pousse plus volontiers sous des contrées plus chaudes.

 

Le crocus sativus semble pourtant s’accommoder du climat du Nord-Pas-de-Calais.

Les pluies printanières généreuses lui sont nécessaires. Il est donc plutôt bien servi dans notre région nord !

Mais l’excès d’humidité ne convient pas au safran. Il lui faut donc un terrain particulièrement bien drainant, et bien exposé également, afin que le safran puisse profiter du maximum d’un ensoleillement un peu moins abondant chez nous.

La culture du safran est exigeante, en temps surtout. En dehors de la préparation du terrain qui peut être mécanisée, les autres opérations restent manuelles.

 

Bulbes de crocus sativus, encore appelé cormus

Bulbes de crocus sativus,
encore appelé cormus

« Mon beau-père et moi, en action !  La terre est basse... »

« Mon beau-père et moi, en action !
La terre est basse… »

L'herbée de safran apparaît au moment de la floraison, se développe en automne et en hiver, et se fane à partir de mai.

L’herbée de safran apparaît au moment
de la floraison, se développe en automne
et en hiver, et se fane à partir de mai.

La safranière sous la neige et le terril d'Auchel en arrière plan

La safranière sous la neige
et le terril d’Auchel
en arrière plan

 

La plantation a lieu en juillet / août, période pendant laquelle le bulbe est en dormance, pour une première production en octobre / novembre la même année.

C’est donc à la fin de l’été que tel un écrin, la fleur de crocus sativus s’ouvre et laisse apparaître le pistil rouge vif qui, une fois séché, donnera le safran, épice rare, précieuse, véritable rubis végétal.

Les fleurs s’épanouissent durant six semaines environ. C’est une période à la fois magique et intense. Chaque jour les fleurs doivent être cueillies et émondées.

 

Les premières pousses percent le sol, annonçant la floraison imminente

Les premières pousses percent
le sol, annonçant la
floraison imminente

La cueillette, meilleur moment de l'année, est souvent une affaire de famille

La cueillette, meilleur moment de
l’année, est souvent une affaire
de famille

Le pistil charnu se dresse fièrement et dépasse de la fleur encore fermée

Le pistil charnu se dresse
fièrement et dépasse
de la fleur encore fermée

Il suffit d'un petit rayon de soleil pour que la fleur s'épanouisse et diffuse son parfum subtil

Il suffit d’un petit rayon de soleil
pour que la fleur s’épanouisse
et diffuse son parfum subtil

 

La maison embaume du parfum incomparable des fleurs fraîches.

L’extraction des pistils, qui une fois secs donneront le safran, demande patience et minutie. Une phrase le résume à merveille : « Labeur de safranière* vaut bien travail de dentellière ».

Le séchage s’effectue ensuite de manière douce, à température ambiante.

 

 La récolte n'est qu'une étape, mais c'est déjà une belle récompense du travail fourni les mois qui la précèdent

La récolte n’est qu’une étape, mais
c’est déjà une belle récompense
du travail fourni les mois
qui la précèdent

 L'émondage, opération qui consiste à ôter le pistil de la fleur, peut maintenant commencer. Il doit être effectué sitôt la cueillette terminée
L’émondage, opération qui consiste
à ôter le pistil de la fleur, peut maintenant
commencer. Il doit être effectué sitôt
la cueillette terminée

 Les pistils de safran frais sont ensuite mis à sécher sur des claies

Les pistils de safran frais sont
ensuite mis à sécher sur des claies

 Admirez cette belle couleur rouge rubis du safran sec !

Admirez cette belle couleur
rouge rubis du safran sec !

 

Là encore, le parfum suave du safran séché, totalement différent du safran frais, inonde la maison.

 

*safranière : ce nom désigne la plantation de safran, mais c’est aussi ainsi que se nomme la personne qui exerce l’activité de productrice(eur) de safran. Je suis donc safranière.